Blanche et Marie

Blanche et MarieX, Y, Zième film sur la Résistance «Blanche et Marie» nous présente cette fois-ci cette époque troublée dans l’optique de deux femmes «compagnons de route». Deux femmes, dont les maris, amants et pères sont engagés du bon côté. C’est la Résistance vue par les femmes et vécue par elles au quotidien pas toujours héroïque. On ne sait si leur engagement vient de l’amour ou de la haine et à qui ces sentiments sont destinés : aux hommes ou à la cause ? Miou-Miou donne comme toujours le ton juste et le charme fou. Malheureusement, il manque quelque chose pour que ce film vive. Quelque chose comme un regain de violence ou un tonnerre de fou rire. Bref, quelque chose d’un peu désespéré et peut-être pas aussi subtilement évoqué. «Blanche et Marie» est pudique, quelquefois trop.

Alphabet city

C’est lui, c’est Johnny Boy. Un doux dur qui joue les terreurs dans les rues de New York ! Le P38 planté au-dessus de la hanche, le look cuir d’enfer, roulant ses mécaniques dans sa belle voiture. Son territoire, celui qu’il domine comme un jeune loup, c’est Alphabet City. Une asphalte-jungle qui se déchaîne la nuit au rythme des néon-lights, une jungle des paumés, peuplée de proxénètes, de dealers, de braqueurs, de spécialistes des nuits à la «blanche» et sur laquelle règne le parrain Gino. Johnny Boy respecte la «famille» jusqu’au jour où il décide de quitter le ghetto d’Alphabet City en emportant un butin important. Mais on ne quitte pas comme ça la famille et si Johnny Boy avait lu des livres au lieu de rouler les mécaniques, cela lui aurait certainement évité quelques ennuis…Alphabet city «Alphabet City» nous montre un New York encore différent, toujours mouvant. Il joue cette fois sur la nuit toute américaine, bourrée de néons, de brume et des éternelles bouches d’aération, comme si la ville respirait. Johnny Boy, c’est Vincent Spano qui trouve ici un rôle qui lui colle apparemment très bien à la peau. Ce n’est pas le Vincent Spano de «Rusty James» (pourtant pas très éloigné par le thème), ni de «Maria’s loyers» (très bon). C’en est un autre, révélé par un suspense et une ambiance qui font de lui le roi de cette jungle d’asphalte et de béton même pas armé !

by Jice on septembre 16th, 2014 in Hobbies

There are no comments.

Name*: Website: E-Mail*:

XHTML: You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>