Extérieur nuit

Extérieur nuitUn écrivain au chômage, Bony (André Dussollier) et un saxophoniste qui fait de la pub pour survivre, Léo (Gérard Lanvin) tombent amoureux de la même fille, Cors (Christine Boisson), une jeune marginale qui rêve de partir en Amérique du Sud et gagne sa vie en faisant le taxi de nuit et en détroussant de temps en temps ses clients. Cette paumée va sortir de leur léthargie les deux amis, en les amenant à réagir aux événements alors qu’ils s’endormaient passablement dans leur état de «loosers» professionnels. «Extérieur nuit» a obtenu le prix Perspectives du cinéma français à Cannes en 1980. Un scénario original, un ton nouveau, bref du cinéma intelligent qu’il serait dommage de ranger dans la catégorie «art et essai». Car «Extérieur nuit» prouve que l’on peut faire des films sur la marginalité et qui marchent avec le plus grand nombre… A noter la superbe interprétation de Lanvin, Dussollier et surtout Christine Boisson, superbe. A noter également la vision néo-polar du Paris la nuit au néon ravageur.

Amityville 3Amityville 3

Baxter, reporter d’un journal à sensation, apprend qu’Amityville est habitée par un couple d’escrocs. Amityville, c’est cette fameuse maison bien connue parce qu’elle a permis à deux films d’horreur d’en engendrer un troisième. Pour reprendre une chronologie précaire, «Amityville I» inaugurait le cauchemar. Une famille très comme il faut se battait comme des perdus contre des forces occultes. Dans «Amityville 2», une nouvelle famille emménageait. Des crimes inexplicables étaient alors commis par le fils aîné des nouveaux locataires, jusqu’alors adolescent sans problèmes, c’est à dire acnéique et tête à claques. Avec «Amityville 3», le dénommé Baxter se mêle de ce qui ne le regarde pas, exproprie les escrocs et pour prouver – grands dieux, à qui ? Tout le monde s’en moque – qu’il ne croit pas aux sornettes sur les maisons maudites, achète la maison. Très vite, des événements inexplicables se produisent et le cauchemar commence. A noter que dans ce genre de films qui laisse s’installer une très hostile ambiance, on a tendance à se laisser aller au fond de son fauteuil au risque de ne plus voir que le bas de l’écran. Ou même pire de ne plus rien voir du tout.

by Jice on novembre 7th, 2014 in Hobbies

There are no comments.

Name*: Website: E-Mail*:

XHTML: You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>