Rambo II la mission

Rambo II la missionLe voici donc notre homme, héros naïf et invulnérable qui allie des muscles d’acier à une cervelle de moineau. Pauvre John Rambo, il fonce comme un bélier sur tous les clichés. Il se fait arnaquer sur tous les tableaux. Dans le précédent film, c’était un homme malheureux, rejeté par une société qui l’avait pressé comme un citron. Il s’était défendu, sans tuer (Rambo ne tue jamais d’Américains). Et nous on le comprenait. Dans le deuxième, il est libéré de son pénitencier pour vérifier s’il reste bien des prisonniers américains au Vietnam. Une mission périlleuse et truquée. De part et d’autre, il n’y a que des méchants et salauds, à une ou deux exceptions près. Rambo liquide deux bataillons de Vietnamiens et trois de Russes avec la combativité qu’on lui connait. Armé ici d’une kalachnikov (bien que russe, elle peut tuer des Russes), là de son fameux couteau, et ailleurs de son arc à visée laser. Et quand Rambo tue, ça fait plus mal. Fort de son droit, la force est son droit, John Rambo bien qu’à moitié indien et à moitié allemand, n’a qu’une peine dans sa vie, c’est que son pays ne l’aime pas autant qu’il le fait. Message reçu 5 sur 5 par le commandant, son compagnon d’armes, qui le rassure comme le ferait Reagan (avec les mêmes intonations de voix) sur la qualité de son dévouement et de sa bravoure. Bref, Rambo peut rempiler quand il veut. Rambo s’en va, seul, comme toujours. Encore un cliché, comme à l’image du film (par ailleurs fort bien fait et dont le succès populaire est aussi inéluctable que la victoire de Rambo). Dans le premier film, on le voyait arriver, son baluchon sur l’épaule. Il était infiniment plus sympathique.

by Jice on mars 18th, 2015 in Hobbies

There are no comments.

Name*: Website: E-Mail*:

XHTML: You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>