Un standard en stand by

Le 12 septembre dernier, Victor Bialek (VIP) a réuni la presse autour d’un déjeuner pour annoncer officiellement le lancement d’une collection vidéo au format 8 mm. Encore un pavé dans la mare ? Qu’on se rappelle l’émoi et la désorganisation du marché vidéo quand, il y a deux ans, un journaliste de télé en mal de scoop avait tout de go annoncé l’arrivée du 8 mm et l’agonie du VHS. On sait, maintenant, ce que cela a donné. Mais, aujourd’hui, serait-ce la petite histoire qui recommence ? A la veille du lancement d’une nouvelle caméra vidéo 8 mm et son lecteur (exclusivement en Pal), il nous est apparu intéressant de poser ici et là quelques questions aux personnes les plus concernées. Le constat est net : oui le 8 mm existe, mais il est surtout destiné au marché de la prise de vues, oui il sera dans tes prochaines années le standard admis, mais ce ne sera pas demain la veille…

Dès 86, 70 % des ensembles portables seront au ????????????

L’histoire du format 8 mm commence le 8 mars 1983. Les représentants de 122 compagnies, rejoints ensuite par 6 autres firmes, qui font l’électronique grand public et professionnelle dans le monde, se réunissent au Japon. Il s’agit pour eux de signer un contrat pour l’exploitation d’un nouveau format vidéo, mis au point par le français Thomson, le 8 mm. Quelques mois plus tard, au Vidcom 83, Philips présente un premier modèle de caméscope 8 mm. La presse s’empare de l’affaire. Les journaux quotidiens et les chaînes de télévision lancent une campagne d’intoxication très maladroite, annonçant la fin des formats habituels (VHS, Bétamax et V 2000) et la naissance d’un format universel. Mais la tentative de Philips avorte, le 8 mm réintègre les laboratoires de recherche et la presse n’a plus qu’à faire machine arrière. Six mois plus tard, c’est au tour de Kodak de faire sensation en présentant le Kodavision. Malheureusement, ce caméscope n’a été commercialisé qu’aux États-Unis, et son lancement en Europe est pour le moment hypothétique. Ce que nous a. confirmé l’un des responsables de la firme américaine, François Lebel : «En représentant notre produit en Europe, nous avons prouvé que la marque Kodak était présente sur le marché de la vidéo. Quant au lancement de l’appareil en France, je peux vous dire que c’est pour le moment secret et confidentiel». Résultat, on ne reparle du 8 mm que le 13 mars 1985, à l’ouverture du Festival du son et de l’image. C’est Sony qui y crée l’événement en présentant un modèle de caméscope de haute technologie. Cette fois, la commercialisation suit. Pour environ 17.000 F, tout vidéophile peut acquérir le fameux caméscope et le transcodeur qui l’accompagne, car l’appareil est disponible uniquement en format Pal. Pour Claude Bardot, chef du département Marketing produits magnétiques, la position de Sony est simple : «Nous allons produire 100.000 appareils par mois pour passer à 150.000 très rapidement. Nous prévoyons de vendre 20.000 caméscopes en 86 sur la France. Il n’est pas prévu de lancer de modèle de salon avant 87. Cela s’explique par le fait que nous désirons conquérir le marché de la prise de vues. Quand on sait qu’il ne s’est vendu que 250 000 appareils portables depuis les origines de la vidéo, il est logique que nous soyons optimistes quant aux résultats à venir. Il faut signaler d’autre part qu’en France le marché du Bétamax est plus que restreint alors qu’en Grande-Bretagne, où nous lançons des modèles de salon, le Béta représente environ 50 % du marché. Dans ces deux pays, le 8 mm est amené à remplacer progressivement le Béta. D’ici six mois, il y aura en France cinq ou six fabricants qui auront lancé un caméscope 8 mm, Sony sera alors dans la meilleure position possible». Claude Bardot estime que 60 à 70 % des ensembles portables seront au format 8 mm. Il est simple de constater, à travers ses déclarations, que le magnétoscope 8 mm de salon n’est pas pour demain. «Techniquement, il est impossible actuellement de lancer un appareil au standard Secam, le module ou circuit intégré qu’il nécessite n’est pas encore au point», conclut le responsable de Sony. Mais où en sont les autres fabricants en ce qui concerne le lancement d’appareils au nouveau format ? Si l’on sait déjà que Pioneer, Canon et Fuji sont prêts à lancer un caméscope à la fin de l’année, les autres firmes ne s’étaient pas prononcées jusque là. C’est chose faite

Thomson.

«Le VHS représente 85 % du marché mondial et nous sommes des partenaires de JVC. Il est plus intéressant pour Thomson de développer le VHS, en poursuivant nos études sur le numérique par exemple, que de participer à la confusion et à l’opération de diversion menée par Sony, Canon, Fuji ou Kodak avec le 8 mm. Nous avons une position réaliste de commerçants. C’est un pari à gagner de ne pas jouer la carte du 8 mm. Nous n’estimons pas que ce soit un mauvais format du point de vue technique, mais il aurait dû être développé il y a cinq ans. Pour notre part, la vidéomovie se vend très bien et nous poursuivons nos recherches autour du VHS et sur un standard de télévision hertzienne universel à même de remplacer le Secam, le Pal et le Ntsc».

JVC.

«On ne fait rien. On a vu ce qui s’est passé avec le Béta et le V 2000. Nous développons tous les concepts compatibles avec le VHS. La vidéomovie se porte très bien, merci !».

Philips.

«Nous n’avons aucun projet pour l’instant. Nous sommes dans une position attentiste. Le prototype présenté au Vidcom 83 avait pour but de montrer que Philips était près techniquement à se lancer dans l’aventure. Aujourd’hui, nous nous sommes ralliés au VHS et nous poursuivrons son exploitation. Il est vrai que les fabricants de matériel photo comme Canon, Fuji ou Kodak ont tout intérêt à faire leur entrée sur le marché vidéo avec un nouvel argument».

Sharp.

«Pas de 8 mm avant 86. Nous n’avons pas encore de produit».

PanasonicPanasonic.

«Nous n’en ferons pas. Nous travaillons très bien avec le VHS, même si le 8 mm est très bon technologiquement parlant». On le voit à travers toutes ces déclarations, le financement d’un modèle de salon n’est pas pour demain, et les fabricants qui jouent la carte 8 mm concentrent leurs actions sur le marché de la prise de vues. Marché, ô combien porteur. Le Super 8 est moribond, celui de la vidéo portable au contraire permet tous les espoirs, les fabricants installés en France l’ont bien compris qui argumentent leurs propos sur cet unique développement. Il faut avouer que la technique du 8 mm leur donne toutes les raisons d’espérer : qualité d’images et de son, et maintenant possibilité de monter des films comme le feraient des professionnels avec une machine (RM-E 100 U) qui revient à moins de 2 000 francs. Cela dit, à moyen et à long terme, il y a une stratégie politique et économique souterraine et néanmoins claire. En espérant gagner une bonne part du marché de la vidéo portable avec le 8 mm, Sony joue au loup qui entre dans la bergerie. Il y a de plus en plus de TV bi standards, et toutes les vidéos 8 portables sont en puissance des magnétoscopes/lecteurs. Vous voyez le tableau dans quelques années : des milliers d’appareils Sony déjà en bonne place dans les foyers: Et d’ici à ce que le Pal devienne le standard européen… ce serait une belle revanche pour le Bétamax, on peut rêver. Que signifie dans ce cas le lancement de cassettes préenregistrées par la société VIP, depuis septembre dernier (voir encadré) ? Nous avons demandé à deux fabricants concernés par le 8 mm, à quelques éditeurs importants et à deux vidéoclubs de réagir à ce lancement. Leurs réponses sont partagées :

Sony.

«Victor Bialek annonce la mise au point d’un circuit intégré capable de passer du Pal au Secam.’ Il n’est pas au point. Nous avons peur que VIP lance des lecteurs Pal-Secam en 8 mm qui soient en fait « bidouillés» et donc de mauvaise qualité. Nous tenons à signaler qu’il n’y a aucun accord entre Sony et VIP. Victor Bialek se conduit en franc-tireur. Il rêve doucement en annonçant 300 000 appareils vendus en 86».

Canon.

«Ce n’est absolument pas notre problème. Nous ne réagissons pas du tout en matière de programmes, mais en matière de prise de vues».

by Jice on juin 5th, 2015 in Hobbies

There are no comments.

Name*: Website: E-Mail*:

XHTML: You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>